JNlogolongueurbeta1
Filtrer par catégories
Sélectionner tout
Mangas
Fiches Techniques Mangas
Critiques Mangas
Actualités Mangas
Animes
Fiches Techniques Animes
Critiques Animes
Actualités Animes
Jeux vidéos
Fiches Techniques Jeux Vidéos
Critiques Jeux Vidéos
Actualités Jeux Vidéos
Figurines
Actualités Figurines
Goodies
Actualités Goodies
Japon
Actualités Japon
Vidéos
Actualités Vidéos
Filtrer par catégories
Sélectionner tout
Mangas
Actualités Mangas
Fiches Techniques Mangas
Critiques Mangas
Animes
Fiches Techniques Animes
Actualités Animes
Critiques Animes
Jeux vidéos
Fiches Techniques Jeux Vidéos
Critiques Jeux Vidéos
Actualités Jeux Vidéos
Figurines
Actualités Figurines
Goodies
Actualités Goodies
Japon
Actualités Japon
Vidéos
Actualités Vidéos
pub-transparente

Akata – Trois mangas rétro annoncés pour la collection Héritages

Akata annonce trois shojo rétro pour sa collection Héritages.

Ça y est, la Japan Expo a commencé et les éditions Akata continuent d’annoncer de nouveaux mangas, cette fois ci des shojos rétro pour la collection Héritages. Le premier titre annoncé est le cultissime Barbara, l’entre-deux-mondes de Moto Hagio, le deuxième est A-Girl de l’auteure Fusako Kuramochi et le troisième est Shônen wa koya wo mezasu de Sakumi Yoshino. Trois mangas qui sortiront en 2024. En plus de cela, Akata a annoncé avant-hier la sortie simultanée des deux mangas Autant en emporte la brume de Eiko Hanamura et Confidences d’une prostituée de Takao Saitô à la rentrée au mois de septembre.

Barbara, l’entre-deux-monde, ou Barbara Ikai (バルバラ異界) au Japon et Otherworld Barbara en anglais, a été prépublié entre juillet 2003 et juin 2005 dans le magazine Flowers (mensuel Josei) des éditions Shogakukan. Longue de quatre tomes dans son édition d’origine, Akata a annoncé une édition en deux tomes dans un format similaire à celui du Clan des Poe de la même auteure. Ce manga de science-fiction est un drame psychologique qui compte parmi les titres les plus reconnus de l’auteure.

Avec Barbara, l’entre-deux-mondes, Moto Hagio à d’ailleurs reçu le Grand Prix Japonais de la Science-Fiction en 2006, un prix qui touche tout type d’œuvre, le seul auteur de manga à l’avoir reçu auparavant était Katsuhiro Otomo. La traduction sera assurée par Miyako Slocombe et la mise en page par Elsa Pecqueur.

Synopsis :

Cela fait sept ans que, depuis un certain évènement, la jeune Aoba est plongée dans un profond sommeil et qu’elle vit dans un monde de rêves. Tokio Wataraï est un guide des rêves, et en tant que tel, il est se voit attribuer la mission de pénétrer dans l’esprit de l’adolescente. Dans ses songes, elle est encore enfant et mène une vie parfaite, dans un cadre idyllique, sur l’île de Barbara… Mais cette île ressemble étonnamment à une création de Kiriya, son propre fils, dont il n’a plus de nouvelles. En enquêtant sur le coma de la jeune fille, Wataraï pourrait bien être obligé de se confronter à sa famille, à ses regrets et à son passé…

A-Girl, qui possède le même nom au Japon (エー・ガール), a été prépublié entre juin 1984 et novembre de la même année dans le magazine Bessatsu Margaret (mensuel Shojo) des éditions Shueisha. La série, longue de deux tomes dans son édition d’origine, n’en comptera qu’un seul dans l’édition d’Akata. L’auteure, pourtant majeure dans l’histoire du Shojo manga, est relativement méconnue en France. Delcourt avait sorti Simple comme l’amour il y a quelques années mais le titre sans aller plus loin avec l’auteure.

Akata compte corriger ça avec A-Girl, un drame romantique où l’auteure travaille particulièrement la psychologie de ses personnages. Le manga a eu droit à une adaptation animée en 1993 par le studio MADHOUSE, il s’agit d’un OAV d’une trentaine de minutes sans dialogue, presque comme un clic musical. La traduction du manga sera assurée par Anaïs Koechlin.

Synopsis :

Mariko est en deuxième année de lycée et elle vit avec sa grande soeur écrivaine. Elle fréquente un garçon qui, hélas, ne la traite pas très bien. Mais suite à un incendie qui détruit son foyer, elle se retrouve à déménager dans l’appartement de Natsume, un de ses camarades de classe. Ce dernier, mannequin à succès, fait preuve d’une bienveillance dont elle n’a pas l’habitude. De fil en aiguille, et au hasard de ses rencontres, elle finira sous les feux des projecteurs

Shônen wa koya wo mezasu, qui possède le même nom au Japon (少年は荒野をめざす), a été prépublié entre septembre 1985 et septembre 1987 du magazine Bouquet (mensuel Shojo) des éditions Shueisha. La série compte 6 tomes au Japon, l’édition française, basée sur celle restaurée au Japon en comptera 3. L’auteure n’a jamais été publiée en France malgré et est totalement inconnue en occident malgré son influence sur les lectrices et lecteurs japonais. La série choisie par Akata, présentée comme un drame existentiel, est la plus emblématique de son auteure.

Synopsis :

Miyako Karino est une lycéenne rêveuse et amatrice de littérature. A tel point qu’elle écrit déjà des romans. Pourtant, contrairement à de nombreux de ses camarades, elle ne sait pas ce qu’elle veut faire de sa vie. La seule chose dont elle est sûre, c’est qu’arrivée à cette période charnière qu’est la puberté, rien ne lui fait plus peur que de changer pour devenir « une femme ». Alors, plutôt que de réfléchir à l’avenir, elle préfère profiter de son quotidien avec Kobayashi et Sugano, ses deux meilleurs amis. Pourtant, quand le destin lui fait croiser la route de Riku Kimijima, un mystérieux athlète, elle croit trouver en lui un alter-ego… Mais pour quelles raisons est-elle autant fascinée par ce dernier ?

Source : Akata

Actualités Mangas par

Picture of Uppah

Uppah

Amateur de propositions esthétiques singulières.

Partager cette page:

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires